Des chercheurs déterminent la signature génétique liée à la gravité du cancer de la prostate

Publication de résultats dans la prestigieuse revue Nature



9 janvier 2017 – TORONTO (Ontario) – Le Réseau canadien du cancer de la prostate (CPC-GENE) a publié dans la revue Nature les résultats de l’analyse génétique de tumeurs malignes de la prostate la plus exhaustive jamais réalisée dans le monde. Sous la direction du Dr Robert Bristow du Centre de cancérologie Princess Margaret et de M. Paul Boutros, Ph. D., de l’Institut ontarien de recherche sur le cancer (IORC), CPC-Gene a découvert l’ensemble complet de mutations susceptibles de se produire dans le cancer le plus courant chez les hommes. En cataloguant entièrement ces mutations, l’équipe de CPC-Gene a pu créer une nouvelle signature qui prédit à un stade précoce si une tumeur maligne de la prostate deviendra virulente ou non, ce qui permet de personnaliser le traitement.  


(Vidéo en anglais seulement)

« Nous espérons que ce mode d’essai en recherche sera transposé en mode clinique d’ici deux à cinq ans et que ce progrès changera en profondeur la pratique clinique pour les hommes atteints de cancer de la prostate au Canada et ailleurs dans le monde », a déclaré le Dr Bristow.  

« Ces travaux nous donnent en fait une carte de ce qui se passe à l’intérieur d’une cellule du cancer de la prostate et cette carte deviendra le support sur lequel la thérapie de précision sera échafaudée », a expliqué M. Boutros.  

« Je félicite les chercheurs et toutes les personnes qui ont rendu ces résultats possibles, a dit M. Reza Moridi, ministre de la Recherche, de l’Innovation et des Sciences de l’Ontario. Des collaborations de ce genre sont indispensables aux découvertes scientifiques et à la prestation, au bout du compte, de meilleurs soins aux patients atteints de cancer de la prostate. »

Une recherche de cette ampleur, financée à hauteur d’environ 20 millions de dollars, a pu être réalisée grâce à un partenariat de la Fondation Movember, de Cancer de la Prostate Canada et de l’Institut ontarien du cancer de la prostate qui a publié la déclaration commune suivante [traduction] :

« Qu’il s’agisse du travail inlassable des chercheurs ou des dons désintéressés des donateurs, nous rendons hommage aux efforts de tous ceux et celles qui ont contribué à faire de CPC-GENE une réalité. Depuis ses débuts comme projet ambitieux d’une ampleur colossale, le but a toujours été d’améliorer grandement les soins personnalisés pour les hommes atteints du cancer de la prostate. Les résultats publiés dans Nature constituent un pas de géant vers ce but. Ensemble, nous continuerons de progresser dans ces travaux importants au nom du Canadien sur sept qui recevra un diagnostic de cancer de la prostate et de sa famille. »

-30-

Renseignements :
Adam Miller
Gestionnaire, Communications
Cancer de la Prostate Canada
416-441-2131, poste 235
adam.miller@prostatecancer.ca
 


Inscrivez-vous à nos nouvelles

* obligatoire




Contenu en vedette
Des chercheurs de l'UdeS font une découverte majeure

Premier cancer en importance chez les hommes, le cancer de la prostate touche un Canadien sur sept.
plus


Cancer de la prostate nouvelles