Traitements complémentaires et parallèles
(aussi appelés médecine complémentaire et médecine douce)

Les traitements complémentaires et parallèles désignent un « groupe de systèmes médicaux et de soins de santé, de pratiques et de produits dont on ne considère pas actuellement qu’ils font partie de la médecine traditionnelle [...] » (Traduction – National Centre for Complementary and Alternative Medicine (NCCAM), 2015). Ces traitements ne font pas partie des traitements traditionnels ou du courant dominant.

Même si les expressions sont souvent utilisées l’une pour l’autre, les traitements parallèles diffèrent beaucoup des traitements complémentaires. Vous trouverez ci-dessous des définitions de la médecine traditionnelle, de la médecine complémentaire, de la médecine parallèle ou douce et de la médecine intégrative. Elles vous aideront à les distinguer les unes des autres si vous les envisagez.

  • Médecine traditionnelle (courant dominant)- traitements médicaux ou chirurgicaux acceptés et pratiqués dans le système de santé canadien. Ces traitements sont fondés sur la recherche qui les rend efficaces et sûrs.
  • Traitements complémentaires- ces traitements sont utilisés conjointement ou en même temps que des traitements traditionnels. Ils servent le plus souvent à atténuer les effets secondaires des traitements traditionnels.
  • Traitements parallèles - traitements utilisés en lieu et place des traitements traditionnels.
  • Traitements intégratifs- utilisation mixte des traitements traditionnels et des traitements complémentaires lorsque des preuves scientifiques ont montré que cette utilisation était sûre et efficace.

Voici quelques exemples de traitements traditionnels, complémentaires et parallèles :

  • Médecine traditionnelle- chimiothérapie, radiothérapie, prostatectomie, etc.
  • Traitements complémentaires et parallèles- méditation, yoga, vitamines, régimes alimentaires particuliers, massages, etc.

Il est important, avant d’envisager des traitements complémentaires ou intégratifs, de parler à votre équipe soignante de ces options. Certains de ces traitements pourraient interagir de façon indésirable avec vos traitements traditionnels.

Les traitements parallèles ne sont pas fondés sur la recherche et il n’a pas été démontré qu’ils étaient efficaces et sûrs pour traiter le cancer. Retarder ou refuser des traitements traditionnels pour recourir à des traitements parallèles peut avoir de graves conséquences sur votre santé, dont la croissance de la tumeur cancéreuse ou la propagation du cancer à d’autres parties du corps.


Pour de plus amples renseignements et du soutien :
 



Inscrivez-vous à nos nouvelles

* obligatoire






 
Contenu en vedette
Des chercheurs de l'UdeS font une découverte majeure

Premier cancer en importance chez les hommes, le cancer de la prostate touche un Canadien sur sept.
plus


Cancer de la prostate nouvelles