Curiethérapie

Ce qu’il en est

La curiethérapie émet des radiations à l’intérieur du corps. Il en existe deux types principaux : la curiethérapie par implant de matière radioactive à faible dose et la curiethérapie à haut débit de dose (HDD).
 

Curiethérapie à implant de matière radioactive à faible dose 

  • Elle est habituellement recommandée aux hommes dont le cancer est de bas grade et confiné à la prostate.

  • Implant direct d’entre 80 et 100 grains radioactifs, de la taille d’un grain de riz, dans la prostate.

  • Chaque grain émet des radiations de faible intensité pendant plusieurs mois.


HDD

  • Cette forme de curiethérapie est réservée aux patients atteints de cancers à haut grade.

  • La radiation à haut débit de dose provient de quelque 15 aiguilles introduites dans la prostate, concentrées sur les zones cancéreuses.

 

Ce qui est fait

Curiethérapie à implant de matière radioactive à faible dose 

  • Les grains sont insérés au travers de la peau dans le périnée.

  • L’intervention se fait sous anesthésie générale ou épidurale et dure environ 1 heure.


HDD

  • Sous anesthésie, environ de 10 à 15 aiguilles sont insérées au travers du périnée.

  • Les aiguilles sont reliées à une source de radiation qui émet une forte dose dans la prostate.

  • Les aiguilles sont ensuite retirées.

  • Le traitement dure de 10 à 20 minutes.


À quoi s’attendre

Curiethérapie à implant de matière radioactive à faible dose 

  • Un cathéter peut être utilisé pendant une brève période pour évacuer l’urine.

HDD

  • Intervention souvent précédée ou suivie de quelques semaines de radiothérapie externe.

  • Les traitements HDD sont parfois donnés sur une période de quelques jours et la radiothérapie externe n’est pas nécessaire.


Effets secondaires et risques

  • Les effets secondaires de la curiethérapie sont semblables à ceux de la radiothérapie externe.

  • La curiethérapie diffère légèrement des manières suivantes :

    • L’effet secondaire à court terme dominant est l’irritation de la vessie et de l’urètre.

    • Il peut y avoir rétention aiguë de l’urine.  

    • L’irritation des intestins est assez peu courante.  

    • Les effets secondaires peuvent durer des mois.


Effets secondaires à long terme

  • Risque très rare d’incontinence urinaire ou d’obstruction urinaire chronique (dans les deux cas, moins de 5 %).

  • Il peut y avoir dysfonction érectile, bien que de nombreux hommes pourront obtenir une érection en recourant à des médicaments d’ordonnance.




Inscrivez-vous à nos nouvelles

* obligatoire






 
Contenu en vedette
Des chercheurs de l'UdeS font une découverte majeure

Premier cancer en importance chez les hommes, le cancer de la prostate touche un Canadien sur sept.
plus


Cancer de la prostate nouvelles