Mise au point d’un test de dépistage des cancers agressifs de la prostate 

Dr Fred Saad

En général, le cancer de la prostate progresse lentement, et certains hommes peuvent en toute sécurité bénéficier d’un suivi actif au lieu de passer sous le bistouri ou de subir de la radiothérapie. Toutefois, dans certains cas, le cancer est agressif et doit sans tarder faire l’objet d’une chirurgie ou d’une radiothérapie.

Les recherches du Dr Saad visent à faciliter le dépistage de ces cas de cancer agressif. Il a pu établir des liens importants entre un groupe de protéines – appelées facteurs nucléaires kappa B ou NF kB – et le cancer de la prostate. Dans des prostates excisées chirurgicalement, il a observé que la présence de NF kB laisse présager une foule de problèmes tels que la propagation de métastases dans les ganglions lymphatiques et les os et l’élévation du taux d’APS (antigène prostatique spécifique). Le Dr Saad espère démontrer, par d’autres travaux de recherche, que le dosage des NF kB effectué lors d’une biopsie aidera à détecter les patients susceptibles d’être atteints d’un cancer agressif de la prostate et à personnaliser leur traitement.



Inscrivez-vous à nos nouvelles

* obligatoire






 
Contenu en vedette
Des chercheurs de l'UdeS font une découverte majeure

Premier cancer en importance chez les hommes, le cancer de la prostate touche un Canadien sur sept.
plus


Cancer de la prostate nouvelles