X
La SCC surveille de près les recommandations de l’Agence de la santé publique du Canada concernant le coronavirus (COVID-19) afin de réagir à celles-ci. Apprenez-en plus

Ce que nous faisons

Élection fédérale de 2019
     

 

Près d’un Canadien sur deux connaît quelqu’un ayant reçu un diagnostic de cancer de la prostate. Nous voulons savoir quelles mesures les partis politiques entendent prendre pour s’attaquer aux graves problèmes auxquels sont confrontées les personnes atteintes. En vue de l’élection fédérale, nous vous faisons part des mesures que comptent prendre les partis fédéraux pour améliorer la santé des Canadiens aux prises avec le cancer le plus répandu chez les hommes.

Voici la position des partis.
 

  1. Êtes‑vous pour l’établissement d’un régime d’assurance‑médicaments public à payeur unique au Canada? Que ferez‑vous pour garantir que la liste nationale des médicaments assurés inclura les médicaments les plus efficaces contre le cancer de la prostate, des médicaments pouvant traiter la maladie, les symptômes et les effets secondaires du traitement?
Réponse du Parti vert (Julia Redmond, chercheuse en politiques)

Il est urgent d’établir un régime national et universel d’assurance‑médicaments à payeur unique. Aucun Canadien ne devrait avoir à choisir entre payer ses médicaments d’ordonnance ou payer son loyer ou la facture d’épicerie pour sa famille. Les Verts ont été les premiers à réclamer un régime d’assurance‑médicaments universel au Canada et nous maintenons notre engagement à cet égard. Le gouvernement fédéral doit cependant faire preuve d’un plus grand leadership pour faire en sorte que ces recommandations deviennent réalité. 

Nous appuyons les recommandations du Conseil consultatif visant l’établissement d’une liste nationale complète de médicaments répondant aux besoins des Canadiens, sans égard à leur âge, leur sexe, leur revenu, leur profession ou leur état de santé. Une telle liste peut répondre aux besoins réels des Canada, notamment de ceux touchés par le cancer de la prostate.

Réponse du Nouveau Parti démocratique

À cause des décennies de compressions et d’inaction de la part des conservateurs et des libéraux, un trop grand nombre de Canadiens sont obligés de payer leurs médicaments d’ordonnance de leur poche. Par conséquent, nombreux sont ceux qui n’achètent pas les médicaments qui leur sont prescrits parce qu’ils n’en ont pas les moyens. Cette situation nuit spécialement aux Canadiens dont les coûts de santé sont élevés.

Au lieu d’améliorer les choses, les libéraux de Trudeau n’ont offert que de vaines promesses et n’ont cessé de freiner les efforts visant la mise en place d’un régime d’assurance‑médicaments universel.

Les conservateurs de Scheer sont carrément contre un régime universel, laissant entendre que ce fardeau repose entièrement sur les épaules des Canadiens, qu’ils aient ou non les moyens de payer des médicaments à coût élevé.

Il est temps que les Canadiens aient un gouvernement fédéral qui travaille pour eux.

Jagmeet Singh et le NPD ont une vision ambitieuse pour garantir aux Canadiens une couverture complète.

Les soins de santé abordables, c’est notre priorité absolue. C’est pourquoi nous faisons un investissement historique dans l’assurance‑médicaments universelle.

Grâce à notre régime d’assurance‑médicaments, tous les Canadiens auront accès gratuitement aux médicaments qui leur sont prescrits. Un gouvernement néo‑démocrate investira 10 milliards de dollars dans notre régime d’assurance‑médicaments. 

Nous croyons que la gestion de la liste nationale doit être confiée à une instance indépendante chargée d’évaluer les médicaments qui seront assurés en fonction de ce qui est scientifiquement prouvé comme étant sûr et efficace et du meilleur rapport efficacité‑prix.

Don Davis, candidat néo‑démocrate, Vancouver Kingsway

Les néo‑démocrates du Canada sont fermement déterminés à mettre en place un régime universel, complet et public d’assurance‑médicaments qui couvrira tous les Canadiens d’ici 2020, ce qui permettra de faire des économies et d’améliorer les résultats. Ce régime couvrira des médicaments efficaces contre le cancer de la prostate capables de traiter la maladie, les symptômes et les effets secondaires.
  1. Comment comptez‑vous améliorer l’accès aux médicaments anticancéreux, tout en assurant la sécurité des patients? Les processus d’approbation des médicaments sont tellement longs que les patients sont obligés d’attendre des années avant d’avoir accès à un nouveau traitement susceptible de leur sauver la vie ou de la prolonger.
 
Réponse du Parti vert (Julia Redmond, chercheuse en politiques)

Le PVC complétera le régime universel d’assurance‑médicaments en créant un organisme d’achat de médicaments en vrac et en abrégeant la période de protection des brevets pharmaceutiques. Nous appliquerons également une approche identique à celle de l’initiative thérapeutique de l’UBC pour nous assurer que les nouveaux médicaments font l’objet d’un rigoureux examen avant leur approbation. Cette mesure garantira l’efficacité des nouveaux médicaments et empêchera l’homologation de médicaments qui font plus de mal que de bien.

Nouveau Parti démocratique

Les libéraux et les conservateurs ont démontré qu’une fois au pouvoir, ils ne viennent en aide qu’à leurs riches amis et aux grandes entreprises.

Pour le NPD, le temps est venu de mettre fin à l’ingérence politique dans le processus décisionnel et de travailler pour la mise en place d’un régime universel d’assurance‑médicaments. Nous préconisons la création d’un organisme indépendant qui serait à l’abri des pressions économiques et politiques. Les décisions devraient être fondées sur des données cliniques, la sécurité des patients et l’optimisation des ressources et non sur le nombre de rencontres entre les entreprises et les représentants du gouvernement.

Cet organisme indépendant aurait pour mandat de mettre en place un mécanisme rapide d’évaluation et d’approbation et d’approuver les nouveaux médicaments qui seront assurés par le régime public, par exemple, un traitement pour le cancer de la prostate.

Don Davis, candidat néo‑démocrate, Vancouver Kingsway

En vertu de notre régime universel, complet et public d’assurance‑médicaments, les décisions relatives à l’inscription d’un médicament à la liste seraient prises par un organisme indépendant chargé d’évaluer les médicaments en fonction de ce qui est scientifiquement prouvé comme étant sûr et efficace et du rapport efficacité‑prix. Cet organisme sera à l’abri de toute pression économique et politique, car ses décisions seront fondées sur des données cliniques.

Un gouvernement néo‑démocrate préconisera un soutien accru à la recherche et au développement, en particulier au sein des universités canadiennes, et une augmentation des ressources de Santé Canada afin d’accélérer l’approbation de traitements sûrs et efficaces.
  1. Que ferez‑vous pour promouvoir un accès plus équitable aux interventions contre le cancer pour l’ensemble des Canadiens? Actuellement, l’accès aux services essentiels, comme les traitements et les tests, varie d’une région à l’autre du Canada. En Ontario et en Colombie‑Britannique, par exemple, le test de dépistage précoce de l’APS n’est pas financé et seules quelques provinces ont inscrit à leur liste un médicament vital, l’acétate d’abiratérone, pour le traitement d’un cancer de stade avancé.
 
Réponse du Parti vert

Le Parti vert croit que la collaboration entre les provinces et les territoires faciliterait l’accès équitable à des soins de qualité pour les Canadiens de partout au pays. Les fournisseurs de soins de santé et les décideurs en matière de soins de santé ont besoin d’un meilleur partage des données et d’une normalisation accrue des indicateurs de qualité entre les provinces et les territoires afin d’optimiser la qualité des soins de santé prodigués aux Canadiens.

Un gouvernement vert appuiera le modèle de fédéralisme collaboratif dans ce domaine et à l’égard d‘autres priorités stratégiques; à cette fin, il travaillera avec les provinces, les territoires, les municipalités et les peuples autochtones pour s’assurer qu’ils sont traités de manière équitable et créera un Conseil des gouvernements canadiens. Ce forum intergouvernemental favorisera les échanges sur la meilleure façon de fournir à l’ensemble des Canadiens des services équitables, peu importe où qu’ils vivent. Nos transferts en santé tiennent compte de la démographie, comme nous l’avons expliqué en réponse à la question 1, et feront en sorte que les soins de santé prodigués répondront à des besoins réels.

Réponse du Nouveau Parti démocratique

Le régime d’assurance‑médicaments universel proposé par le NPD est le premier pas vers un accès équitable aux interventions contre le cancer, parce qu’il signifie que les Canadiens pourront recevoir des soins, quels que soient leur code postal, leur âge ou leur revenu.

Tandis que les conservateurs ont écarté toute idée d’un régime d’assurance‑médicaments et que les libéraux continuent de ralentir les efforts visant la mise en place d’un régime d’assurance‑médicaments, les néo‑démocrates ont un plan qui étendra l’accès aux soins à l’ensemble des Canadiens.

Notre investissement annuel de 10 milliards de dollars dans le régime d’assurance‑médicaments allégera les budgets des provinces. Cette mesure démontrera aux provinces et aux territoires que nous sommes déterminés à collaborer à la mise en place d’une liste nationale et à nous assurer que des normes nationales sont en place pour garantir un accès équitable aux soins à la grandeur du pays.

Don Davis, candidat néo‑démocrate, Vancouver Kingsway

En vertu de notre régime public de soins de santé, tous les Canadiens devraient avoir accès à des soins de qualité, peu importe où ils vivent. Les niveaux des soins offerts aux Canadiens varient trop souvent en fonction du lieu de résidence des patients. Les néo‑démocrates croient que le gouvernement fédéral a un rôle essentiel à jouer pour assurer l’égalité d’accès aux services essentiels, notamment aux traitements et aux tests, partout au Canada. Un gouvernement néo‑démocrate collaborera avec les gouvernements provinciaux et territoriaux et veillera à ce qu'ils disposent de ressources dont ils ont besoin pour offrir à l’ensemble des Canadiens des soins d’un niveau comparable. De plus, notre régime universel, complet et public d'assurance-médicaments permettra à tous les Canadiens d'avoir accès aux médicaments dont ils ont besoin, peu importe où ils vivent.
  1. Quelle est votre position sur l'augmentation du financement gouvernemental de la recherche pour éviter que des Canadiens meurent du cancer de la prostate et pour prévenir cette maladie?

 
Réponse du Parti vert

Le gouvernement fédéral peut et doit montrer la voie en proposant un meilleur modèle de soins de santé. Il est important que les défis en matière de soins de santé soient abordés au niveau fédéral et que les populations vulnérables bénéficient d'un accès égal aux soins.

La recherche scientifique est le fondement de l'innovation. Le Parti vert investira dans la recherche scientifique et mettra en œuvre l'ensemble des recommandations de financement de l'Examen du soutien fédéral aux sciences. Ces mesures appuieront la recherche et l'innovation dans le secteur des soins de santé, notamment du cancer de la prostate.

Réponse du Nouveau Parti démocratique

Au lieu d'investir dans les gens, les conservateurs et les libéraux font du nivellement par le bas  pour trouver des moyens de réduire les coûts des soins de santé.

Le régime universel d'assurance-médicaments du NPD permettra aux Canadiens d'économiser 4,2 milliards de dollars pour les médicaments d’ordonnance. Nous croyons qu’il est plus judicieux d’investir cet argent ailleurs dans le système de soins de santé et de financer la recherche.

Un gouvernement néo‑démocrate renforcera la position du Canada en tant que chef de file de la recherche innovatrice en santé en collaborant avec les universités et les professionnels de la santé pour assurer la poursuite et le succès de la recherche publique sur des questions de santé essentielles comme le cancer de la prostate.

Don Davis, candidat néo‑démocrate, Vancouver Kingsway

Le Canada est un chef de file de la recherche innovatrice en santé et un gouvernement néo‑démocrate travaillera avec les universités et les professionnels de la santé pour assurer la poursuite de la recherche publique sur des questions de santé essentielles. Il est essentiel que le gouvernement fédéral investisse dans les essais cliniques afin de combler l'écart entre la recherche de découverte et les traitements pour les populations humaines. Toutefois, il est également nécessaire de veiller à ce que le financement fédéral de la recherche et du développement pharmaceutiques se traduise par la création de médicaments et de technologies abordables. Cet objectif pourrait être atteint en favorisant des modèles novateurs de recherche en santé qui donnent la priorité à la science ouverte.

Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez en faire la demande par courriel à :
advocacy@prostatecancer.ca

Prostate Cancer Canada and Canadian Cancer Society

Inscrivez-vous à nos nouvelles

* obligatoire






 
Contenu en vedette
La Société canadienne du cancer et Cancer de la Prostate Canada annoncent la fusion de leurs activités

Le 3 février 2020 (Toronto, Ontario) – À la veille de la Journée mondiale contre le cancer, la Société canadienne du cancer (SCC) et Cancer de la Prostate Canada (CPC) viennent de finaliser la fusion de leurs activités.
plus

Cancer de la Prostate Canada et la Société canadienne du cancer conviennent de fusionner

Toronto, le 12 décembre 2019 – Cancer de la Prostate Canada et la Société canadienne du cancer (SCC) ont le plaisir d’annoncer leur intention de procéder à une fusion stratégique.
plus

1,5 million d’hommes de plus de 50 ans au Canada courent actuellement le risque inutile d’un cancer de la prostate

Toronto (Ontario) – 26 septembre 2019 – De nouveaux résultats publiés aujourd’hui à la suite d’un sondage national réalisé par Cancer de la Prostate Canada donnent à penser que 1,5 million d’hommes de 50 ans et plus au Canada ne cherchent pas à subir un test de dépistage précoce du cancer de la prostate par la mesure, dans un échantillon de sang, de l’antigène prostatique spécifique (APS).
plus

$2 million invested in new prostate cancer research

Cancer de la Prostate Canada et Movember s’associent pour financer dix projets de recherche qui ouvrent sur de nouveaux horizons
plus


Cancer de la prostate nouvelles