X
La SCC surveille de près les recommandations de l’Agence de la santé publique du Canada concernant le coronavirus (COVID-19) afin de réagir à celles-ci. Apprenez-en plus

Un entraîneur au service du dépistage précoce

Mike Keenan

Mike Keenan au salon de l’auto Cruisin’ for Cure
Canada 2019 de Brampton, où il a parlé de
son expérience du cancer de la prostate.

Mike Keenan a acquis ses compétences d’entraîneur de hockey tout au long de ses 40 années de carrière, au cours desquelles il a même mené les Rangers de New York à la Coupe Stanley en 1994. Aujourd’hui, ces mêmes compétences lui servent à parler de son histoire de cancer de la prostate et à faire comprendre aux hommes l’importance du dépistage précoce.

Faire de l’exercice et prendre soin de sa santé ont toujours fait partie de son mode de vie. Et il était donc naturel que, parvenu à la cinquantaine, il y ajoute le test de l'antigène prostatique spécifique. « C’est un test de routine que je subissais depuis environ 15 ans. Et il se trouve que ça m’a été très précieux », dit‑il.

Au printemps 2018, à 68 ans, le taux d’APS de M. Keeman a augmenté. Une série d’autres tests ont abouti à un diagnostic de cancer de la prostate. Sa réaction? « Ça m’a pris par surprise. J’étais en parfaite santé, sans aucun symptôme, et tout d’un coup on me trouve un cancer. »
 

Au cours de cet été‑là, il s’est familiarisé avec les différentes formes de traitement offertes et a opté pour la curiethérapie à implant de matière radioactive à faible dose, qu’il a subie en septembre 2018. Ce traitement réalisé en une seule séance consiste à insérer 80 à 100 grains radioactifs, de la taille d’un grain de riz, directement dans la prostate. Chaque grain émet en continu des radiations pendant plusieurs mois.

Heureusement pour lui, le traitement a réussi. Un an plus tard, il n’y a aucun signe de récidive de cancer.

Aujourd’hui, Iron Mike, comme on le surnomme, parle de son expérience du cancer de la prostate chaque fois que l’occasion se présente. L’entraîneur gagnant de la Coupe Stanley intervient maintenant auprès des hommes pour les convaincre de subir le test de dépistage de l’APS qui lui a sauvé la vie.

« C’est une analyse sanguine, ce n’est pas invasif et ça pourrait vous sauver la vie. Alors soyez proactifs, car plus le dépistage est précoce, mieux ça vaut. Et plus vous aurez de chances de continuer à vivre avec votre famille. »

Voici son conseil aux hommes qui suivent un traitement : « Gardez la forme, mangez bien et écoutez votre médecin. Je crois qu’il est important d’écouter ce que les professionnels ont à dire pour savoir comment ils peuvent vous traitez et vous soutenir grâce à leurs connaissances. La connaissance permet de lutter contre le cancer et de dissiper les peurs. »

Votre don aide à protéger les hommes et leurs familles du cancer de la prostate.Vous appuierez les projets de recherche les plus prometteurs et vous fournirez aux hommes les soins et le soutien dont ils ont le plus besoin. 
Posted: 2019-10-03 09:25:02