X
La SCC surveille de près les recommandations de l’Agence de la santé publique du Canada concernant le coronavirus (COVID-19) afin de réagir à celles-ci. Apprenez-en plus

Trop vieux pour un traitement du cancer de la prostate?

Plus un homme atteint du cancer de la prostate est âgé et moins il est capable de tolérer les traitements, plus il est probable que ses traitements seront diminués, voire arrêtés.  

Dr Shabbir Alibhai, de l’Université de Toronto, travaille auprès de ces hommes souvent négligés en recherche : « J’étudie comment les hommes âgés et fragiles tolèrent les traitements comme l’hormonothérapie, la radiothérapie ou la chimiothérapie. Quels effets secondaires ressentent-ils? Comment ces effets influencent-ils leur vie quotidienne? Et surtout, comment les professionnels de la santé pourraient-ils les aider à mieux composer avec la maladie? Il est juste de dire, ajoute-t-il, que si nous parvenons à mieux suivre les symptômes, à intervenir plus rapidement et à atténuer les effets secondaires, nous pourrons aider les hommes à vivre mieux et plus longtemps. »

Il se concentre sur les hommes dont les organismes ne réagissent pas bien au stress des traitements, qui sont susceptibles de souffrir de complications ou de vivre une baisse généralisée de leur fonctionnement quotidien.

« Nous examinons ces hommes parce qu’ils sont plus vulnérables aux effets secondaires des traitements, dit-il. On a tendance à moins les étudier parce que leurs cas sont plus compliqués. Une grande partie des données provenant des essais cliniques concerne des hommes plus jeunes, en meilleure santé, ce qui explique les lacunes dans nos connaissances. »
 

 
Fort d’une subvention initiale accordée par Cancer de la Prostate Canada et financée par Movember, l’équipe du Dr Alibhai suit maintenant ce que vivent des hommes pendant un cycle de traitement, soit de trois à quatre semaines environ. Chaque jour, les participants évaluent des symptômes tels que la douleur, les troubles du sommeil et les nausées. Ces données indiquent à l’équipe des modèles d’effets secondaires à différents traitements, ce qui l’aidera à déterminer de quel soutien ces patients pourraient avoir besoin et quand améliorer leur qualité de vie.

Intégration de la technologie

Alibhai,-Shabbir.jpgL’étude intègre des appareils compatibles avec Internet et l’équipe effectue des sondages téléphoniques et sur papier pour suivre les données quotidiennes, ce qui permet aux médecins de réagir rapidement aux problèmes de santé, avant qu’ils ne s’aggravent.

« Nous utilisons les applis sur téléphone intelligent qui enregistrent le nombre de pas, dit Dr Alibhai. Lorsque les gens sont malades, ils commencent à passer plus de temps assis ou couchés. Si nous observons une diminution soudaine du nombre de pas, nous téléphonerons au patient et lui demanderons ce qui se passe. Si cela s’avère un moyen efficace de déceler hâtivement les symptômes, nous pourrions simplement suivre le nombre de pas. »

De nombreux participants à l’étude ont plus de 75 ans et adoptent cette nouvelle technologie. « Les hommes âgés ont souvent besoin d’un peu plus de temps pour apprendre et d’aide pour se servir des applis, et nous sommes heureux de le leur offrir. En fait, la plupart des hommes sont très enthousiastes à l’idée d’essayer la technologie ».

De la recherche à la pratique

« Nous espérons au bout du compte trouver de meilleurs moyens de déterminer quels hommes courent un risque accru d’effets secondaires et ce, plus rapidement en cours de traitement, de même que des moyens d’agir rapidement pour atténuer ces effets, explique le Dr Alibhai. Finalement, les hommes pourront peut-être survivre plus longtemps et mieux, ressentir moins de souffrances et de fatigue, et avoir une meilleure qualité de vie ».

Le Dr Alibhai espère que les leçons apprises au cours de son étude pourront être largement mises en application dans deux ans, autant le cancer de la prostate que d’autres types de cancers.

« De nombreux hommes pourraient être capables de poursuivre en toute sécurité une thérapie, si nous parvenons à trouver de nouveaux moyens de les suivre prudemment par des méthodes qui leur permettront de tolérer ces thérapies. »

Le point de vue d’un patient

tony-embleton-(1).jpg Tony Embleton a 90 ans en 2019. Depuis qu’il a reçu un diagnostic de cancer en 2013, dont un cancer de la prostate et de la vessie, il a subi une chirurgie, de la radiothérapie, de l’hormonothérapie et plusieurs cycles de chimiothérapie.

Il y a presque un an, il s’est inscrit au projet de recherche initial du Dr Alibhai. Il a rempli les questionnaires sur papier et subi des tests cognitifs et physiques chaque fois qu’il s’est présenté à la clinique.

« Cela m’a aidé à suivre ce que je ressentais, dit Tony. J’ai été chanceux en ce qui concerne la douleur. Je demeure toujours au bas de l’échelle, soit 0-1-2-3. »

Tony comprend comment le travail du Dr Alibhai profitera à d’autres qui n’ont pas autant de chance que lui. « La qualité de vie serait très importante, mais l’aspect le plus important, à mon avis, demeurerait d’obtenir les mêmes résultats des traitements, tout en souffrant moins. Plus les médecins acquièrent de connaissances ou plus ils peuvent surveiller étroitement l’évolution de la situation, plus il y aura d’avantages ». 
Votre don aide à protéger les hommes et leurs familles du cancer de la prostate.Vous appuierez les projets de recherche les plus prometteurs et vous fournirez aux hommes les soins et le soutien dont ils ont le plus besoin. 
Posted: 2019-09-25 08:00:00


Mots-clés

Local Hero Award #oneineight #unhommesurhuit A Survivorship Action Partnership Active adt advanced Alex Baumann Annual Moose & Goose Club Black Tie Dinner antigen ASAP athlete awareness Beam bénévole biopsies biopsy Bismar blood BOSSS Tournament Boutros Brachytherapy Bristow british Buttyan Calgary Canada Cancer caregiver Carreauté catheter CFL charity Chemotherapy cherry cnic collaboration collage columbia Conor Malone Cruisin’ For A Cure Canada Dad Daddy dads Dakar Rally day de deprivation detection diagnosis diagnostiqué digital dna do Do it for Dads doctor don donate DRE early Early detection ED Edmonton Education erection eric Eskimos exam experience External family Father Father and Sons Xcanada Father’s Day Walk/Run Father's Day FDiagnosis Football for Fred Chartrand funding fundraising fundrasier gènes genetics Golf Town Charity Classic health High-Intensity history hockey Hope Hormone international it Jack Layton L’ADN la l'APS Len Levesque lifelabs lottery loved mccormack Media men's moustache moustachus Movember MRI Murray Hill national nationale navigator of Olivia Chow one ones papa partership Paul PCC PCC Atlantic PCCN pee Pilot Grant Program Plaid post-surgery pour pre-surgery prosate cancer Prostate prostate cancer Prostate Cancer Awareness Day Prostate Cancer Canada Prostate Cancer Canada Network Prostate Cancer Canada Network Conference prostatecancer Prostatectomy Protect the 5 Hole PSA PSA blood test PSA levels PSA test PSA value psatest Radiation Radical radioligand raffle Ralph Randy Remington Randy Remington Charity Golf Classic recipe recovery rectal remember Research researcher Resources Rhodes Ride Rising risk road Rob robyn Rocco Rocco Rossi rock Rocktheroadraffle Rossi run Scotiabank StickIt Scotiabank Stick-It screened screening semaine sexuality Sled specific Star step Step Up Steve Jones story Stuart Edmonds support surgery Surveillance survivant survivor survivors survivorship programs T2:ERG Tarek test Test de l'APS testdelAPS testing the The Breast Friends The Randy Remington Golf Classic Therapy TIEd Together TIEd Together photo exhibit Treatment tribute tumours up urine urine test urologist volunteer volunteering Volunteerism volunteers Wake Up Call Breakfast walk Walk Run week winner World