X
Ressources pour faire face au cancer pendant la pandémie de COVID-19. Apprenez-en plus

À quoi puis-je m’attendre?

Un traitement antiandrogénique est utilisé dans différentes circonstances pour traiter le cancer de la prostate :
 
  1. Cancer de la prostate localisé. Si le cancer ne s’est pas propagé à l’extérieur de la prostate, on peut administrer un traitement antiandrogénique avant (néoadjuvant) ou après (adjuvant) l’intervention chirurgicale ou la radiothérapie, selon le stade et la gravité de la tumeur.
  2. Cancer de la prostate localement avancé. Si le cancer s’est propagé tout juste en dehors de la prostate, on administre généralement un traitement antiandrogénique après la radiothérapie. Les hommes qui reçoivent une hormonothérapie adjuvante après avoir subi une radiothérapie externe pour un cancer de la prostate vivent plus longtemps, que l’on parle de survie globale ou de survie sans récidive, en comparaison des hommes ayant subi uniquement une radiothérapie (NCI, 2014).
  3. Cancer de la prostate avancé. Si le cancer s’est propagé à d’autres parties du corps, le traitement antiandrogénique peut aider à en limiter la croissance et à atténuer les symptômes. Le traitement antiandrogénique sera utilisé jusqu’à ce que le cancer cesse d’y répondre et qu’il recommence à croître. À ce moment, on parlera d’un cancer de la prostate hormono-résistant.
 
Le traitement antiandrogénique est utilisé de diverses manières pour traiter le cancer de la prostate.
 
  • Traitement antiandrogénique seul ou en association : les antiandrogènes peuvent être administrés seuls ou en association avec un agoniste de la LH-RH ou l’ablation chirurgicale des testicules. Le traitement antiandrogénique peut également être combiné à d’autres traitements, comme la chimiothérapie ou de nouvelles hormonothérapies, comme l’abiratérone ou l’enzalutamide.
  • Traitement antiandrogénique continu ou intermittent : le traitement antiandrogénique peut être administré de façon continue, ou bien interrompu lorsque le taux d’APS diminue et se stabilise, puis repris lorsque le taux d’APS recommence à augmenter (traitement intermittent). Le traitement antiandrogénique intermittent peut apporter un soulagement des effets secondaires, mais on ne peut dire avec certitude si cette stratégie est aussi efficace que le traitement antiandrogénique continu.



Inscrivez-vous à nos nouvelles

* obligatoire






 
Contenu en vedette
La Société canadienne du cancer et Cancer de la Prostate Canada annoncent la fusion de leurs activités

Le 3 février 2020 (Toronto, Ontario) – À la veille de la Journée mondiale contre le cancer, la Société canadienne du cancer (SCC) et Cancer de la Prostate Canada (CPC) viennent de finaliser la fusion de leurs activités.
plus

Cancer de la Prostate Canada et la Société canadienne du cancer conviennent de fusionner

Toronto, le 12 décembre 2019 – Cancer de la Prostate Canada et la Société canadienne du cancer (SCC) ont le plaisir d’annoncer leur intention de procéder à une fusion stratégique.
plus

1,5 million d’hommes de plus de 50 ans au Canada courent actuellement le risque inutile d’un cancer de la prostate

Toronto (Ontario) – 26 septembre 2019 – De nouveaux résultats publiés aujourd’hui à la suite d’un sondage national réalisé par Cancer de la Prostate Canada donnent à penser que 1,5 million d’hommes de 50 ans et plus au Canada ne cherchent pas à subir un test de dépistage précoce du cancer de la prostate par la mesure, dans un échantillon de sang, de l’antigène prostatique spécifique (APS).
plus

$2 million invested in new prostate cancer research

Cancer de la Prostate Canada et Movember s’associent pour financer dix projets de recherche qui ouvrent sur de nouveaux horizons
plus


Cancer de la prostate nouvelles